Une illusion d’optique est une illusion qui trompe le système visuel humain, à partir de l’œil jusqu’au cerveau. Cela conduit à une fausse perception de la réalité. Les illusions d’optique peuvent se produire naturellement ou être créées par des astuces visuelles spécifiques. Ces derniers mettent en évidence les principes de fonctionnement du système visuel humain. Dans cet article, nous allons vous en dire davantage.

Une fausse perception de la réalité

L’illusion est le résultat d’une mauvaise analyse par le système visuel des informations qui arrivent à son niveau. Cette erreur d’analyse peut conduire alors à la perception d’un objet qui n’est pas présent. Cela nous rend « aveugle » à un objet encore présent, nous donnant par exemple une image déformée de la réalité. Parfois, les systèmes visuels ont tendance à compenser les variations lentes de luminosité. Des fois, ils perçoivent les nuances et les couleurs en relation avec leur environnement.

Par ailleurs, sachez qu’un mirage n’est en aucun cas une illusion. Il ne s’agit pas d’une mauvaise interprétation de la réalité mais une façon de percevoir un phénomène qui existe réellement. Les vibrations de l’air ou la réflexion de l’eau due à la chaleur sont des réalités optiques, et non virtuelles.  De plus, on peut garder des traces photographiques d’un mirage. La seule illusion qui inclura l’interprétation de ces images perçues est une image nuageuse d’un lac ou d’une mer.

illusion cognitive

Des illusions cognitives

On entend par illusion cognitive la perception d’une réalité sous la forme d’un faux encodage. L’illusion cognitive implique le modèle mental intégré au cerveau de la personne déforme une réalité. Dans certains cas, cela crée une fausse réalité. En effet, la personne ne peut pas reconnaître que l’entrée des informations est fausse.

Les illusions cognitives sont généralement divisées en illusions ambigües, illusions distordantes, illusions paradoxales ou illusions fictives. Ils exploitent souvent des « hypothèses » formées par le système visuel dans les premiers stades du traitement visuel.

Les différentes sortes d’illusions cognitives

Quand on parle d’illusions ambigües, on parle d’images ou bien d’objets subissant d’importants changements d’apparences. Les perceptions alterneront entre les interprétations, qui sont toutes considérées comme valables mais ne confirment pas une seule expression.

Les illusions distordantes, elles, sont très connues, puisqu’elles sont les plus courantes. Elles provoquent des distorsions de taille, de largeur ou de courbure. Elles sont également très faciles à repérer. De nombreuses illusions physiologiques, telles que l’illusion murale du café, exploitent les premières étapes du système visuel des angles. D’autres distorsions, telles que l’illusion de lignes convergentes, sont plus difficiles à assimiler à des délires physiologiques ou cognitifs. Toutes les images montrant des vues brutes sont en fait des illusions. Les jugements visuels tels que la taille sont contrôlés par la perspective ou d’autres effets de profondeur et peuvent être facilement égarés.

Les illusions paradoxales impliquent des objets impossibles, comme le triangle de Penrose ou encore l’escalier impossible, comme dans les œuvres de M. C. Escher. Le triangle est une illusion qui dépend de la mauvaise interprétation perceptive que les bords adjacents doivent joindre.

Enfin, les illusions fictives, qui incarnent les délires fictifs, permettent de percevoir des objets qui ne sont réellement vus que par l’observateur. L’on note, par exemple, les personnes atteintes de schizophrénie ou encore les personnes exposées à des substances hallucinogènes.

Laissez un commentaire